Société Genevoise d’Apiculture

Les miels

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

MIEL D’ACACIA.

Il est issu des fleurs du robinier qui est, en fait, un faux acacia. Clair et liquide, il présente une saveur douce et délicate. Son parfum est discret. Il est répandu en France et en Hongrie, notamment. Il peut aussi provenir de l’acacia de Sibérie et c’est alors, selon certains, un des meilleurs miels. On le reconnaît à son aspect blanc et graisseux à l’état cristallisé. Sa cristallisation est moyenne.

MIEL D’ARBOUSIER.

Très recherché par les abeilles, « l’arbre aux fraises » donne un miel brun, faiblement aromatique, à la saveur fine, empreinte d’une amertume qui s’estompe avec le temps. Sa cristallisation est rapide et sa granulation fine. On le trouve dans les contrées méditerranéennes, telles que la Provence, la Corse et la Sardaigne.

MIEL DE BLEUET.

D’un jaune clair tirant parfois sur le vert, il se caractérise par une légère odeur d’amande et un goût un peu piquant, voire légèrement amer. Israël en produit.

MIEL DE BOURDAINE.

Ce miel brun, qui reste longtemps à l’état liquide, peut surprendre par son odeur, peu agréable. Il est néanmoins doté d’une saveur hautement aromatique. Le sud-ouest et le Massif Central en produisent.

MIEL DE BRUYERE.

Il diffère suivant la variété de bruyère (blanche, cendrée ou callune). De couleur sombre, il est très épais. Il cristallise rapidement et sa granulation est fine – le miel de bruyère callune est gélatineux. Son parfum est faible, son goût accuse, voire un peu acre. Les Landes, la Sologne et le sud du Massif central comptent parmi ses terroirs de prédilection. Son extraction est particulièrement difficile.

MIEL DE CAFEIER.

On le trouve, bien évidemment, dans les pays producteurs de café, tels que le Brésil ou la Colombie. Sa saveur douce se prolonge par une légère amertume.

MIEL DE CHATAIGNIER.

Brun et épais, il pressente un parfum fort, un peu acre, et une saveur très accusée qui peut dérouter un dégustateur peu averti. Il cristallise très lentement et sa granulation est grossière. L’Ardèche, les Cévennes et la Corse sont ses terroirs.

MIEL DE COLZA.

Blanc et consistant, il se caractérise par une odeur de “chou”, peu agréable. Il cristallise vite, et sa granulation est fine. De qualité inférieure, il est surtout utilisé par l’industrie agroalimentaire et pour la fabrication de l’hydromel.

MIEL DE CITRONNIER.

Il s’apparente au miel d’oranger. Presque blanc, il a un parfum marqué d’agrumes et un goût fortement aromatique. La Sicile et l’Espagne en produisent.

MIEL D’EPILOBE.

D’un blanc tirant sur le verdâtre, mais qui vire au blanc à l’état cristallisé, il est subtilement aromatique et de goût agréable. C’est un miel rare.

MIEL D’EUCALYPTUS.

Ambre, il possède une odeur particulière. Il a une saveur fine. C’est un des miels les plus courants en Australie. L’Espagne en produit aussi beaucoup.

MIEL DE FRAMBOISIER.

Généralement blanc et consistant, il est Le Canada en produit beaucoup.

MIEL D’HYSOPE.

Produit en Provence, très apprécie aux États Unis, il est de grande qualité. Blanc, il a une saveur légèrement anisée.

MIEL DE LAVANDE.

Légèrement ambré, il a un parfum léger et doux, une saveur aromatique, avec une note d’acidité. Il cristallise plus ou moins vite, et sa granulation est fine. Les Alpes de Haute-Provence sont un de ses terroirs privilèges. L’Espagne en produit également.

MIEL DE LAVANDIN.

Presque blanc, il est très aromatique et de texture onctueuse. Il cristallise plus ou moins vite, et sa granulation est moyenne. Il a un parfum léger et doux.

MIEL DE LIERRE.

Fonce, il se caractérise par un faible parfum et une légère amertume. Il cristallise vite, et sa granulation est fine.

MIEL DE LUZERNE.

D’une couleur variant du blanc (à l’état cristallisé) à l’ambre, d’une légère fragrance à peine perceptible, il pressente une faible saveur aromatique. Sa granulation est fine. On le trouve là où la luzerne est cultivée pour ses graines et n’est, de ce fait, pas fauchée avant la floraison.

MIEL DE MENTHE.

Doré, il dégage l’arôme frais caractéristique de la menthe. Les États-Unis en produisent.

MIEL D’ORANGER.

D’un jaune plus ou moins soutenu, il a le parfum de l’orange et le goût du fruit cuit au sucre. Le miel d’orange amère est plus subtil et plus frais que celui d’orange douce. Il cristallise assez vite et sa granulation est moyenne à grossière. C’est un miel très apprécié en Espagne. L’Andalousie et la région de Valence sont ses hauts lieux de production ainsi qu’aux États-Unis (Floride).

MIEL DE PISSENLIT.

Jaune clair, il peut déplaire par son odeur, mais présente une saveur agréable, marquée par une pointe d’amertume. Il cristallise vite, et sa granulation est plutôt fine. Le Canada en est producteur.

MIEL DE RHODODENDRON.

Clair, voire blanc à l’état cristallisé, il présente une odeur un peu acide et une saveur à la fois délicate et intense. Sa cristallisation est variable. L’Ariège s’en est fait une spécialité, comme certaines vallées alpines.

MIEL DE ROMARIN.

Blanc laiteux, il se caractérise par un arôme végétal marque et une saveur très fine. Il cristallise lentement, et sa granulation est fine en moyenne. Le miel de romarin produit dans la région de Narbonne est réputé de longue date. L’Espagne produit également un miel renommé dans l’est et le centre-sud du pays

MIEL DE RONCE.

Foncé et transparent. Sa granulation est grossière, sa saveur puissante.

MIEL DE SAINFOIN.

Blanc jaunâtre, il est aromatique et d’une saveur délicate. Sa cristallisation est fine. Le véritable miel du Gâtinais était naguère un miel de sainfoin. Mais on en trouvait aussi en Touraine, en Champagne, en Bourgogne et en Saintonge, notamment. Aujourd’hui, cet excellent miel tend à disparaître en France. L’Italie et le Maroc en sont producteurs.

MIEL DE SARRASIN.

Très sombre et d’un fort parfum, il présente un goût corse qui peut déplaire par la lourdeur de son arôme. D’où son utilisation dans l’industrie agroalimentaire spécialement en pain d’épices. Naguère spécialité de la Bretagne, ce miel tend à disparaître en France. La Chine en produit.

MIEL DE SARRIETTE.

Ambré, ce miel aromatique arbore une saveur légèrement piquante.

MIEL DE SAUGE.

Ambré plus ou moins clair, il est délicat de parfum et excellent de goût. Sa granulation est fine. L’Italie et les États Unis en produisent.

MIEL DE SERPOLET.

Foncé, il est puissant, de parfum comme de goût. Sa cristallisation est lente.

MIEL DE THYM.

Jaune foncé, il dégage le parfum atténué des fleurs et pressente un goût fort, légèrement piquant. Sa cristallisation est lente. Comme le miel de serpolet, il se rencontre surtout dans les terroirs méditerranéens.

MIEL DE TILLEUL.

D’un jaune plus ou moins accusé, il se caractérise par le parfum atténué des fleurs et une saveur très aromatique évoquant une infusion de tilleul. Sa cristallisation est lente, et sa granulation est moyenne à grossière. L’Ile-de-France est son terroir de prédilection. De nombreux pays, d’Asie et d’Europe de l’Est, en produisent.

MIEL DE TOURNESOL.

D’un jaune lumineux, plus ou moins accentué, mais de qualité inférieure, il est faiblement parfumé et doté d’une saveur fraîche, à l’arome de pollen. Sa production est importante.

MIEL DE TREFLE.

Plus ou moins pale, il a un parfum herbacé et une saveur aromatique. Il cristallise vite, mais reste crémeux, et sa granulation est fine. Il est considère comme l’un des meilleurs miels. En France, la Bourgogne et L’Ile-de-France sont ses principaux terroirs. Les États-Unis et le Canada en sont des grands producteurs.

MIEL DE VIPERINE.

Ambre clair, il se caractérise par un parfum suave et une saveur des meilleures. Sa texture est épaisse, sa cristallisation lente.