Société Genevoise d’Apiculture

La gelée royale

Tout comme celle du pollen, la production de la gelée royale n’a été maîtrisée que dans une histoire récente. Cela n’a pas empêché la gelée royale d’acquérir rapidement une renommée exceptionnelle. Certains en ont fait un peu vite un remède miracle, prenant alors le relais de ceux qui voyaient autrefois le même remède miracle dans le miel. Quelques charlatans se sont même lancés sans vergogne dans le commerce de la gelée royale ou de ses dérivés auprès des personnes âgées et des malades, leur faisant croire qu’elle pouvait tout guérir. La gelée royale pâtit de ces excès. C’est pourtant un aliment exceptionnel qui mérite largement d’être découvert et consommé à bon escient.

À l’origine, la gelée royale est la substance que les jeunes abeilles produisent pour nourrir les larves au début de leur vie, et la larve royale pendant toute sa croissance. C’est une sécrétion totalement animale qui n’a rien à voir avec le miel et le pollen récoltés sur les fleurs par les abeilles. Les abeilles possèdent un chapelet de glandes à partir desquelles elles produisent la gelée royale. C’est une capacité qui n’est dévolue qu’aux jeunes abeilles, celles qui sont âgées de cinq à quinze jours. C’est cette nourriture exceptionnelle qui va permettre la formation d’un insecte morphologiquement différent des autres abeilles, la reine. La reine continue, en outre, d’être nourrie à la gelée royale tout au long de sa vie. Il est vrai aussi que la reine nourrie à la gelée royale vit trois ou quatre ans, tandis que les abeilles nourries au pollen et au miel ne vivent que quelques semaines ou quelques mois. Mais transposer les effets de cette nourriture du monde des insectes à celui de l’homme ne repose sur aucune logique scientifique. La gelée royale n’est pas nécessairement un élixir de longue vie. Elle n’en reste pas moins un produit exceptionnel dont la consommation par l’homme présente bien des avantages.

Le docteur Yves Donadieu, l’un des meilleurs spécialistes des usages thérapeutiques des produits de la ruche, décrit ainsi les avantages apportés par la gelée royale:

  • une augmentation de la consommation d’oxygène de certains tissus et une activation de certaines réactions enzymatiques;
  • une augmentation de la résistance au froid;
  • une stimulation de l’humeur psychique et une diminution de l’émotivité;
  • une augmentation de l’appétit;
  • une augmentation de la vitalité en général. Yves Donadieu ajoute que la gelée royale favorise la production des globules rouges et la synthèse de l’hémoglobine, facilite la digestion, possède des propriétés antibiotiques et antivirales et des propriétés analgésiques dans le cas de rhumatismes.

L’efficacité thérapeutique de la gelée royale demeure bien entendu liée à l’ensemble des facteurs inhérents à chacun d’entre nous et il ne faut pas y chercher d’effet automatique. Ce faisant, elle agit comme la plupart des médicaments.

La gelée royale est peu agréable à consommer. Sa caractéristique acide est largement dominante dans sa saveur qui l’éloigné totalement du miel ou même du pollen. La consommation de la gelée royale est conseillée sous forme de cures. Une dose de 10 g correspond à une petite cure pour une personne, en prenant une mini-cuiller de gelée chaque matin à jeun. Dans le cas de cures plus poussées, mieux vaut établir un programme en accord avec son médecin. En raison de la saveur très particulière de la gelée royale il est souvent judicieux de la mélanger à d’autres aliments, par exemple au miel. C’est la raison pour laquelle la gelée royale est souvent proposée directement en mélange avec du miel. Pour un traitement efficace, il est alors important que le mélange soit suffisamment dosé, de l’ordre de 10 % et surtout bien homogénéisé. La durée de conservation de la gelée royale reste limitée et n’excède guère une année, même en la maintenant au froid. La gelée royale perd très vite ses propriétés à la chaleur. En revanche, elle peut se congeler. Pour faciliter sa conservation et sa commercialisation, certains laboratoires la proposent lyophilisée ou bien en gélules. Ce n’est pas une mauvaise formule, mais la gelée royale pure et fraîche reste à coup sûr la plus efficiente.

Les pays du Sud-Est asiatique se sont fait une spécialité de la production de la gelée royale. À tel point que très rares sont devenus les apiculteurs européens qui poursuivent leur production, les prix variant pratiquement de 1 à 10 entre la gelée asiatique et la gelée européenne ! L’importance de la main-d’œuvre dans le processus de récolte explique largement cet écart de prix. Et lors d’un achat, y compris chez un apiculteur, il est parfois bien difficile de connaître l’origine de la gelée royale. La production asiatique n’est pas de mauvaise qualité, mais il faut quand même pouvoir s’assurer de la date de production, du maintien au frais de la gelée et des conditions d’hygiène dans lesquelles elle a été récoltée. Trois paramètres qui peuvent souvent faire pencher la balance en faveur des productions européennes, même si elles sont plus chères.